Quelle époque grandiose vous vivez Mes enfants !

8 avril 2020 – 14h28

Lecture soumise par Jésus : Bible, 2 Chroniques 13 – Le règne d’Abija

Abija devint roi de Juda, il régna 3 ans à Jérusalem.
Jéroboam était roi d’Israël depuis 18 ans.
Jéroboam était fils d’un serviteur de Salomon. Il s’était révolté contre son seigneur et avec des vauriens, hommes pervers, ils ont combattu et eu victoire sur Roboam fils et successeur de Salomon.
Jéroboam faisait le projet d’attaquer Abija et de dominer sur Juda.
Abija lui dit : « Ne savez vous pas que l’Éternel, le Dieu d’Israël, a donné pour toujours la royauté sur Israël à David, à lui et ses descendants, par une alliance inviolable ? »

Il lui fit remarquer aussi : « Vous êtes une foule nombreuse qui avez avec vous des veaux d’or que Jéroboam vous a fabriqués pour qu’ils soient vos dieux. N’avez-vous pas chassé les prêtres de l’Éternel, les descendants d’Aaron et les Lévites ? Vous avez institué des prêtres selon vos règles et leurs désirs.
Quant à nous, nous n’avons pas abandonné Dieu. Les prêtres servent l’Éternel selon l’ordre établi et offrons les offices et les holocaustes.
Dieu et ses prêtres sont avec nous , à notre tête, et nous avons les trompettes retentissantes pour les faire résonner contre vous.
Israélites, ne combattez pas l’Éternel, le Dieu de vos ancêtres, car vous n’auriez aucun succès. »

Jéroboam n’écoutant que son ambition, fit tout de même une embuscade et encercla les Judéens pour les attaquer. Les Judéens étant minoritaires et se voyant ainsi encerclés crièrent à l’Éternel et sonnèrent de la trompette de l’engagement dans la guerre.

Au cri de guerre, l’Éternel frappa l’ennemi Jéroboam et tout Israël sous les yeux d’Abija et de Juda. Les Israélites présents prirent la fuite mais furent entre les mains de Judéens. L’armée de Jéroboam fut en grande défaite. Les Judéens se réunirent en action de grâce envers Dieu qui les avait appuyés et protégés.

 

 

Parole de Jésus Christ :


   « Nous écrivons à ceux de Mon Église et ceux qui se disent de Mon Église.

Quelle époque grandiose vous vivez Mes enfants ! Voici la conclusion des temps qui étaient alloués à l’Homme (humanité) pour passer l’épreuve qu’il s’était choisie. La Création est demeurée incomplète par la décision de l’Homme de vouloir choisir, en toute liberté, son allégeance.

Tout a été fait, tout a été dit, tous soutiens ont été offerts et les lois, les préceptes venus de Dieu montraient la seule voie qui pouvait maintenir l’ordre, la stabilité, l’équilibre de la perfection, de la Création en général, (et nous permettre de demeurer unis à Dieu qui nous aime).

La perfection, condition sine qua non (condition nécessaire, sans laquelle cela ne pourrait être) à la Vie Éternelle auprès de Dieu, la perfection est éternelle. Seuls ceux qui la recherchent et s’y maintiennent s’assurent d’être dans la Vie Éternelle (pour laquelle ils ont été créés).

Mon Église préparée dès la Création, instituée dans l’ordre divin, donnée par Jésus Christ, basée sur un seul Commandement : « Aimez-vous les uns les autres », a pour but de rassembler tous les enfants de Dieu en Un Seul Corps et les conduire au Royaume du Père Créateur.

 

L’ennemi des hommes, dans ses œuvres et ses pompes, réussit encore, mais pour peu de temps, à séduire l’homme et à le faire dévier de son destin de félicité.

Introduit par supercherie dans Mon Église, il a posté ses idoles. Il manipule par son langage mensonger doucereux plein de faussetés. Il a établi des prêtres, ses acolytes, engagés dans un stratagème pour déstabiliser le peuple de Dieu et le monde entier.

Vous de l’Église qui avez cru, et croyez encore, devenir des dieux afin de posséder le pouvoir dans la domination ; le savoir dans la science, la sagesse ; l’avoir, la richesse et toutes possessions, et ainsi vous acquérir la Création pour la modifier selon l’inspiration que vous recevez du déchu, vous serez confondus à très court terme.

C’est l’âme qui est surnaturelle, immortelle, créée pour l’Amour infini. Le temporel, le matériel demeure fini et n’existera plus avec la Fin des temps qui est à votre porte terrestre. Refuser Dieu, vous le savez c’est refuser la Vie.

Dieu est Vie. S’opposer à Dieu, nier Dieu c’est choisir l’insulte au Créateur, Maître de toutes vies, c’est contrister l’Esprit Saint et c’est choisir la haine, antithèse de l’Amour.

Devenir acolyte du déchu, même s’il octroie à ses associés temporaires des titres grandiloquents, c’est accepter d’entrer dans la déchéance avec lui.

L’orgueil (dans son narcissisme pervers) qu’il offre et prône, n’est que mensonge et faussetés. Il procure illusions, il fournit argumentations à celui qui marche dans ce piège, mais il est œuvre de destruction et d’autodestruction pour celui qui refuse et combat la Vérité et, hélas, pour ceux qu’il entraine et blesse.

 

Mon peuple de douceur et d’humilité, à la suite du Christ, dont Mes prêtres et Mes messagers qui subissez l’arrogance, les maltraitances, les menaces, les intimidations, Je vous bénis dans votre persévérance de foi, d’espérance, de charité. La Vérité en votre cœur est Lumière et Vie, votre Salut.

Pour vous tous, les trompettes de la Fin sonneront, la terre s’ouvrira pour engloutir jusqu’en enfer tout ce qui n’est pas de Dieu. Le déchu le sait que ses œuvres et ses disciples ne seront plus. Il s’acharne dans sa haine contre Dieu et l’homme pour faire le plus de tort à ce qu’il ne peut posséder.

Malgré toutes ces tribulations mon peuple solide se réjouit d’entrer dans le règne de Dieu. Je vous en conjure Mes fils perturbés, acceptez Ma Miséricorde dans cet appel d’Amour, tout enfant prodigue a encore sa place à la Maison du Père.

 

     Jésus Christ à la Dernière Cène »
     (alors que Judas part rapidement faire sa besogne)

 

 

Marie Catherine de l’Incarnation Rédemptrice, servante quelconque en la Divine Volonté du Tout-Puissant, Unique Dieu.