Faites ces pas qui vous libèrent de tout ce que vous retenez inutilement

20 février 2020 – 9h30

 

Voici l’enseignement qui nous accompagne ce matin. Toutes simples sont ces si belles paroles de Jésus mais combien grandes à recevoir et aidantes si on les met en pratique. Celles de ce matin sont en réponse à la grande difficulté de cohabitation et de collaboration entre frères qui à la fois cherchent la perfection et critiquent l’autre, oubliant qu’ainsi ils n’apportent aucune solution ni entente fraternelle.

 

Parole de Jésus Christ :

   « Je te bénis du Père, du Fils et de l’Esprit Saint, Ma fille d’Amour, de Lumière et de Sainteté.

Concernant la personne pour laquelle tu pries instamment, il serait nécessaire effectivement qu’elle ait le support d’un conseiller spirituel. J’en conviens que Mes fils-prêtres sont surchargés et rarement disponibles. Le sacrement de réconciliation peut être ce moyen ponctuel.

Ce support spirituel l’aiderait à trouver modération par l’humilité et pour le respect des autres. Vois, cette personne n’a pas nécessairement tort de voir, de comprendre et même de craindre les comportements nuisibles de l’autre.

Par contre il ne faut pas juger. Il faut prier pour ceux qui dans leur ignorance, leurs maladresses, leur arrogance, leurs faiblesses, leur méchanceté et mauvaise volonté prennent le risque de se nuire, de se détruire en entraînant leurs frères dans le même abîme qu’eux.

Crier, juger, exiger amène plus souvent des fermetures réciproques, des compétitions, des divisions et surtout des incompréhensions là où l’harmonie aurait pu exister, aurait dû exister.

La réconciliation avec le Père Éternel a été établie une fois pour toute. Le Christ a fait pour vous le Sacrifice Divin qui vous a libérés. Il demeure que vous, vous devez agir constamment et dès maintenant en votre parcours dans l’épreuve pour permettre votre bien être et la libération de votre âme. Faites ces pas qui vous libèrent de tout ce que vous retenez inutilement et qui vous ancre dans les ténèbres.

Un geste, une parole, une prière deviennent aussi porte de Salut. La fermeture vous appartient. Passer outre celle-ci laisse dans l’oubli volontaire les ressentiments, les colères, même les désirs de vengeance et toutes les blessures qui demeurent souillures si vous les retenez.

Soyez Amour, vivez en Ma Divine Volonté. Entrez dans le Royaume de paix où tout est Lumière et saine Liberté.

Mes doux enfants Je vois les efforts que vous faites et Je vous bénis. À un simple ¨oui¨, à votre désir de n’être que bonté s’ajoute aussitôt Mes grâces.

Soyez confiants, nous sommes unis et seront bientôt réunis.

    Votre Dieu, Jésus Christ »

 

Marie Catherine de l’Incarnation Rédemptrice, servante quelconque en la Divine Volonté du Tout-Puissant, Unique Dieu.